Démarrage prometteur de sa start up Wisebatt, Wilfried Dron raconte son moment Eurêka pendant son parcours doctoral avec EIT Digital

Wilfried Dron

Avant d’intégrer l’école doctorale d’EIT Digital, Wilfried Dron a complété une Licence en sciences de l'ingénieur spécialisé dans les systèmes embarqués à l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (UVSQ). Elle a été suivi d'un master en sciences de l'ingénieur spécialisé dans les systèmes de télécommunications et les systèmes embarqués à l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) qu’il a obtenu avec mention. Wilfried Dron vit à Paris où il dirige aussi sa startup.

L'histoire de l'ingénieur brillant qui est devenu un entrepreneur performant

Savez-vous ce qu'est un moment Eurêka? C’est ce moment, où en se référant à l'expérience, on comprend soudain un problème ou concept incompréhensible précédemment. Wilfried Dron a eu ce moment et c’est ainsi que l’ingénieur brillant s'est transformé en entrepreneur. Il sait avec certitude, que son produit sera utile.

Tout a commencé en 2011 à l'EIT Digital Doctoral School. Il a été l'un des premiers doctorants de ce programme éducatif européen et a travaillé sur une thèse dont le sujet portait sur l'architecture des réseaux de capteurs sans fil. Il devait travailler sur des objets alimentés par batterie avec des contraintes de durée de vie.

Il souhaitait s’assurer que les batteries ne seraient pas épuisé avant la fin du cycle d’utilisation du produit. Wilfried déclare : « Je cherchais un outil capable de me fournir des informations sur la durée de vie de la batterie avant même de concevoir l’objet. Je n’en ai pas trouvé, j’ai donc commencé à le développer. »

C'était un investissement si grand qu'il a décidé d’en faire son sujet de thèse. La question principale était : « Comment développer un dispositif avec une connaissance préalable de l’autonomie de sa batterie ?". Sa réponse a été trouvée dans sa thèse Lifetime estimation method for connected devices . C’est là que son moment de grâce naquit bien qu'il ne l’ait pas tout à fait considéré comme tel au début.

La Science

En décembre 2014, il avait trouvé une réponse possible pour un problème qui avait secoué le secteur depuis un certain temps. Mais il n'était pas un entrepreneur. A ce moment-là, il était très qualifié, ayant une grande idée, mais manquait de connaissances pour transformer son idée en un business viable. « Dans le monde scientifique, vous devez prouver vos idées. En sciences, vous vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tuer. Dans le monde des affaires, vous ne tuez pas l’ours si vous n’êtes pas sûr de pouvoir vendre sa peau. En d’autres termes, vous rassemblez d'abord l'intérêt pour votre proposition. C'est une approche totalement différente. En affaires, vous ne faites pas un produit si vous ne savez pas qu'il y a un marché pour lui », raconte Wilfried.

Innovation et Entrepreneuriat

Au cours du programme Innovation et Entrepreneuriat (I&E) de l'EIT Digital Doctoral School, il a appris à maîtriser les compétences professionnelles nécessaires pour faire avancer son idée. Le programme se compose d'un module éducatif de formation à l'innovation, et d’un module de gestion et développement des affaires. Il a également intégré un module de mobilité qui lui a donné l'occasion d'aller en Suède pendant six mois afin d’explorer l’application de ses résultats de recherche. « Je voulais recueillir la preuve d'un besoin de mon produit. Au cours de ces six mois, j'ai découvert que mon projet comblerait vraiment un vide sur le marché », indique Wilfried Dron.

Moment de grâce

C'est en Suède que son moment de grâce a vraiment commencé à se cristalliser. Il a été entouré par des développeurs de logiciels qui, semble-t-il, n’avaient pas d’outil leur permettant de prendre en compte le matériel lors de la conception de nouveaux produits. « Je leur ai parlé de mon concept et quand j'ai vu leurs regards, je savais que j'avais trouvé quelque chose qui permettrait de résoudre un problème réel » Pendant l'expérience de développement d'affaires en I&E, Wilfried a rencontré beaucoup d’interlocuteurs de plusieurs entreprises. Ces entreprises ont pu découvrir Wilfried et ont passé beaucoup de temps à redessiner leurs prototypes. Ils ne disposaient pas d'un outil permettant de l’autonomie de leurs produits. « J’ai réalisé que je pouvais créer de la valeur avec mon produit. Je savais à partir de ce moment-là, que j'avais trouvé quelque chose d’utile. Je peux permettre aux entreprises de croître en estimant dans le processus de conception l’impact de la batterie sur le système conçu ».

Les besoins du marché

Le besoin d'un concept comme celui de Wilfried Dron a toujours été là, seulement personne ne posait la question de savoir comment l’aborder. Il explique pourquoi : « Dans le développement de produits, vous devez considérer différents aspects en même temps : tels que l'informatique, la chimie de la batterie et le comportement des utilisateurs par rapport à un seul appareil. Vous pouvez trouver des outils pour cela dans chaque catégorie, mais il n'y a rien qui combine chacun de ces domaines. Pour mesurer la vie « opérationnelle » de votre produit, vous devez connaître les caractèristiques de chaque pièce individuelle et la façon dont elles se rapportent les unes aux autres. Un produit se compose principalement de composants de différents fournisseurs et les produits finis ne sont souvent pas testés de façon holistique ».
« La construction d'un prototype peut prendre beaucoup de temps. Dans ce processus, les développeurs font des hypothèses sur la durée de vie de la batterie. Si ces hypothèses ne sont pas exactes, la société peut perdre beaucoup de temps et d'argent. Ma solution fiabilise la conception, évite les erreurs et donne une meilleure vue d'ensemble afin que les choix puissent être faits pour obtenir l’autonomie maximale du produit tout en raccourcissant son temps de développement. Il aide les concepteurs à des produits plus autonomes et plus durables », explique Wilfried.

De scientifique à entrepreneur

Afin de s'assurer qu'il pourrait commercialiser son idée, tout en rédigeant sa thèse, il a déposé un brevet pour son concept en 2015 - il a ensuite obtenu son diplôme plus tard cette année-là. L'étape suivante dans sa transformation de scientifique à entrepreneur a été de lancer une activité d'innovation avec EIT Digital. En janvier 2016, il a réussi à répondre à un appel d’offres d'EIT Digital dans le cadre de la ligne d’activité sur les systèmes cybernétiques, en collaboration avec le laboratoire Suédois SICS et ATOS Espagne. Ensemble, ils ont travaillé sur des logiciels qui permettent de prédire l'arrêt du produit et de détecter le vieillissement de sa batterie. ATOS utilise ce logiciel comme un ‘cas d’utilisation’ pour démontrer sa plateforme ouverte ICCC.

« Entre-temps, j'ai également lancé un programme de maturation avec l'organisation de transfert de technologie SATT LUTECH » indique Wilfried. Après neuf mois, il avait suffisamment confiance dans son concept pour lancer sa propre start-up en septembre 2016. Avec l'aide d'EIT Digital, quelques personnes se sont jointes à lui dans la création de Wisebatt dont il est le PDG et fondateur. « J’ai prouvé le concept techniquement et j'ai prouvé les besoins du marché ». Son entreprise est actuellement incubée au sein d’Agoranov, un incubateur Français.

Networking

« Le réseautage est la clé pour obtenir des clients, déclare Wilfried. « Je le dois en partie à l'équipe de développement commerciale d'EIT Digital qui a grandement contribué à mes propres initiatives. Par exemple, je suis allé à CES à Las Vegas pour présenter mon produit et tester le concept. Depuis 2015, j'ai rencontré plus d’une centaine d’entreprises. J'ai maintenant un grand réseau et j’ai rassemblé suffisement de connaissance sur les besoins potentiels des clients. C'est essentiel dans la compréhension de l'entreprise. Cela prend beaucoup de temps ». Mais Wilfried croit que le temps n'est jamais perdu. « Même si l’on échoue, on apprend. »

Wisebatt

Sa société Wisebatt, est une entreprise BtoB. Toute entreprise qui travaille avec des batteries dans des appareils éléctroniques appartient à son groupe cible. Cela peut inclure les fabricants d'équipement, de composants électroniques ou encore les bureaux d’étude qui conçoivent des produits pour d'autres entreprises. Wilfried s'attend à obtenir une dixaine de clients cette année - il négocie déjà des contrats avec huit clients potentiels - et mise sur une centaine de clients en 2017.

Rêve

En trois ans, Wilfried Dron prévoit de pénétrer les marchés Européens et Américains. Il vise une équipe de vingt professionnels et plus de 500 clients. Il prévoit également d’enrichire son activité avec quatre nouveaux produits. Pour atteindre cet objectif, il rejoindra le programme EIT Digital Accelerator.

Pour Wilfried ce démarrage est comme avoir un enfant. « Je le sens. C'est comme un être vivant. Cela demande toute mon attention. Si quelque chose d'urgent apparaît, tout le reste doit attendre. Je pense vraiment que c'est une chose vivante, elle grandit et je dois l'alimenter avec de nouveaux clients. Et en même temps, je dois toujours me demander si je suis sur la bonne voie et si ma solution est encore pertinente. La science est, après tout, capable de remettre en question ce qu’elle produit. La science et les affaires fonctionnent donc bien ensemble dans ce contexte. »

NB : Wilfried a pu aller au CES Las Vegas 2017 avec le soutien d’EIT Digital et faire pas moins de 85 rencontres dont deux pitchs sur place, dont certaines rencontres prometteuses.

Auteur - Olivia Fuchs

© 2010-2018 EIT Digital IVZW. All rights reserved. Legal notice